Harmodios et Aristogiton

L'histoire du jeune Harmodios et de son amant, Aristogiton, est ancienne, elle aura 2514 ans en l'an 2000 pour être exact. C'est une histoire vraie, et elle s'est passée au cours du règne d'Hippias, tyran d'Athènes.

Hipparque, frère du tyran, désirait le beau Harmodios et ne cessait de lui faire des avances. Toutefois Harmodios, qui était attaché à Aristogiton, n'était pas intéressé etHarmodius and Aristogiton - Museo Archeologico Nazionale, repoussa Hipparque. Or Hipparque n'était pas habitué aux refus. Il se mit en colère contre les deux amants, et se moqua d'eux devant tout le monde un jour de fête, les traitant de poules mouillées et de femmelettes. Aristogiton jura de venger l'affront, et rassembla un groupe d'amis proches afin de comploter pour l'assassinat des deux frères, oppresseurs haïs par beaucoup d'athéniens, au cours du défilé militaire de la fête des Panathénées le lendemain.

Le matin suivant sur l'Acropole, où Hippias recevait le cortège, ils remarquèrent un des autres conspirateurs saluer le tyran d'une façon amicale. Craignant d'avoir été trahis ils ne suivirent pas le plan tracé à l'avance, et dévalèrent la colline vers la ville où ils coincèrent Hipparque pendant qu'il organisait le cortège à côté du Leocoreion et le tuèrent. Mais comme ils étaient seuls le jeune Harmodios fut tué sur-le-champ par un des gardes du corps, et Aristogiton fut capturé. On l'emmena aussitôt pour le torturer afin qu'il révèle les noms des autres conspirateurs. Hippias en personne était présent dans la salle de torture. Aristogiton, qui refusa de trahir ses amis, cracha une insulte au tyran. Hippias, dans sa fureur, se tourna et poignarda sur-le-champ Aristogiton à mort.

Après cela Hippias gouverna pendant encore quatre années, et son règne fut même plus dur qu'avant. Mais les Athéniens pardonnèrent à Aristogiton d'avoir gâché le complot, et honorèrent à tout jamais les deux amants comme sauveurs de la cité. Leur exemple était présenté en modèle à la jeunesse de la cité, et une statue les représentant fut commandée par Cleisthenes, le fondateur de la démocratie. Quand elle fut mise à sac par les envahisseurs perses vingt-cinq ans plus tard, une autre fut fondue, et une copie romaine a survécu jusqu'à ce jour au Musée National de Naples.

Cet événement, et beaucoup d'autres comme lui où des couples d'amants pédérastes assassinent d'autres tyrans, a fait dire aux grecs que seuls les tyrans et les barbares (ces derniers à cause de leur honte de la nudité) haïssaient la pédérastie.
 




Site Map